Journée nationale d'action le 26 juin 2014

Image

JOURNÉE NATIONALE D’ACTION INTERPROFESSIONNELLE DU 26 JUIN 2014
OUI AU SERVICE PUBLIC
ET À L’EMPLOI PUBLIC !


Après la réforme territoriale de Sarkozy en 2010, après la loi de métropolisation
du 28 janvier 2014, la réforme territoriale voulue par François Hollande attaque
la République décentralisée et ses fondements : proximité, libre administration,
absence de tutelle d’une collectivité sur une autre, autonomie fi nancière, solidarité
nationale, démocratie locale.
Pour la CGT, la majorité actuelle, comme la précédente, ne répond pas à l’ambition
d’une organisation territoriale sociale et démocratique, et d’un service public
à la hauteur des besoins.
Aucune réforme de progrès n’est possible quand l’objectif recherché est de réaliser
11 milliards d’économies sur le service public territorial ! Et cela pour
fi nancer le Pacte de responsabilité et de nouveaux cadeaux au patronat.
Moins de services publics pour les usagers
Moins de démocratie pour les citoyens avec un éloignement des lieux de
décision
Moins d’emplois publics : des dizaines de milliers de postes de fonctionnaires
seront supprimés et des milliers de contractuels licenciés
Moins de moyens pour augmenter nos salaires et améliorer nos conditions
de travail
Moins d’investissement faisant travailler les entreprises, en particulier le
secteur du bâtiment et des travaux publics, et c’est donc plus de chômage dans
le secteur privé
Métropolisation
Suppression des conseils généraux Fusion de régions
11 milliards d’euros coupés dans les budgets des collectivités…
Intercommunalités à marche forcée et affaiblissement des communes

 

La réforme Hollande/Lebranchu, c’est :
Encore plus d’argent pour les entreprises : avec le Pacte de responsabilité,
on atteint 230 milliards annuels d’aides et d’exonérations fi scales et
sociales fi nancés par les comptes publics
Plus d’inégalités entre collectivités : métropoles et régions vont concentrer
moyens et lieux de décision, au détriment de la démocratie et du service public
de proximité
Plus d’inégalités entre agents. Ce sera le cas par exemple entre agents
des métropoles et ceux des collectivités périphériques. Ce sera le cas aussi au
sein des collectivités accueillant des personnels transférés : à l’heure actuelle,
le projet de loi ne prévoit tou jours pas d’alignement par le haut des conditions
d’emploi (primes notamment) des agents issus de différentes collectivités et qui
seraient transférés, par exemple, dans une métropole.
La CGT exige l’arrêt de ce processus de destruction du
service public et de la démocratie de proximité !
La réforme Hollande/Lebranchu, c’est aussi :
Supprimer les conseils généraux, c’est supprimer de
la démocratie et des services publics !
Les conseils généraux, ce sont plus de 300 000 agents territoriaux dont une
bonne partie est jugée inutile par le pouvoir actuel puisque plusieurs milliards
d’économies sont visés par la réforme en cours.
Les conseils généraux, ce sont plus de deux siècles de démocratie départementale
héritée de la Révolution de 1789, plus de deux siècles sur lesquels
le gouvernement prétend tirer un trait.
Les conseils généraux, ce sont des missions essentielles à la population
(aide sociale, routes, collèges, culture, tourisme…) qui se trouvent placées
dans la tourmente et l’incertitude.
Le 26 juin, toutes et tous dans l’action,
par la grève et dans les manifestations interprofessionnelles,
pour dire NON à l’austérité et OUI au service
public, à l‘emploi et à l’augmentation des salaires !
Un préavis national de grève a été déposé par la Fédération CGT des Services publics
Pour la CGT, il faut :
Consulter démocratiquement la population avant toute réforme
Assurer l’avenir du service public et des emplois qui le font vivre
Augmenter nos salaires en mettant fi n au gel de la valeur du
point d’indice, et ainsi contribuer à la relance d

Lien sur fichier en PDF: 
 

Mis en ligne le 23 juin 2014  |  Dernière mise a jour 23 juin 2014