Défendons les retraites

La réforme sévit

Qu’est que la retraite ? Rien que du bonheur, du temps de libre, plus que mérité. Enfin de l’espace pour s’occuper de ses proches, pour réaliser sa ou ses passions, tous ses projets remisés au placard.
Enfin une vie à nous ! Du temps pour penser à nous, ou s’engager dans les milieux syndicaux, politiques ou associatifs.
Pourtant, il faut financer les retraites, me répondez-vous ! L’argent il existe !!!
JAMAIS la France n’a été aussi riche. Les 500 français les plus riches représentent une fortune de 300 milliards d’euros dont 55 milliardaires, 10 de plus qu’en 2012.

OUI, l’argent déborde ! Chaque année, la part salariale dans le Produit Intérieur Brut s’écroule : 170 milliards d’euros/an en 30 ans sont passés des poches des salariés dans celles des actionnaires, 590 milliards d’avoirs financiers cachés dans les paradis fiscaux, 60 à 80 milliards de fraude fiscale !    
Quelle utilité des 200 milliards d’aides nouvelles aux entreprises sans contrepartie, alors que le nombre de chômeurs explose, que le nombre de SDF à augmenté de 50% en dix ans et que les dividendes des entreprises augmentent ?
Les réformes successives des retraites : 1993, 2003, 2010, 2013 ont réduits de plus de 30%.



Augmenter la durée des cotisations, comme aime à le rappeler François Hollande, c’est baisser à nouveau leur montant, alors que les 2/3 des salariés sont déjà exclus de l’emploi à l’aube de leur retraite.
Fixer à 42, 43, 44 annuités la durée de cotisations, c’est contraindre les générations à venir à une retraite de MISERE !
Dans nos services publics parisiens, la souffrance au travail augmente. Elle met immédiatement en danger la santé (3 suicides à la DEVE en 2013, 35 à l’AP-HP en 3 ans, 7 depuis 2013), ou à long terme (alcoolisme, consommation d’antidépresseurs…) sans compter des conditions de travail qui se dégradent (arrêt en accident du travail plus long, accident plus grave) et 1/4 des agents de la Ville manipulent des produits chimiques soit 15% en 1 an (dans quelles conditions ?).
 
Oui, l’espérance de vie augmente, en partie du à la retraite à 60 ans ! Mais l’Espérance de Vie en Bonne Santé diminue depuis 2006.

    2008    2010
Hommes    62,7 ans    61,9 ans
Femmes    64,6 ans    63,5 ans

Mais l’enjeu pour le capital est tout autre. La baisse des pensions permet aux gouvernements libéraux et socialistes de remplir les critères européens d’ajustement budgétaire par la privatisation des retraites, du moins pour ceux qui auront les moyens de se tourner vers la retraite par capitalisation. Pour un énorme bénéfice des assurances (Malakoff-Médéric de G. Sarkozy) et des banques qui joueront cette manne sur les marchés financiers (se rappeler la crise des fonds de pension américains en 2008).
Arrêtons d’accroître l’austérité. Partout en Europe, ou elle a été préconisée, il n’y a que misère (Grèce, Chypre, Portugal, Espagne), désespoir et renaissance fulgurante des partis fascistes.

ALORS OUI, PAS UN TRIMESTRE DE PLUS,
PAS UN EURO DE MOINS.

Mobilisons au plus large autour de nous, participons massivement à l’action du 10 septembre.
Signons, et faisons signer l’Appel du « Collectif Retraites 2013 »
http://www.retraites2013.org/


 

Lien sur fichier en PDF: 
Texte similaire ou de reference: 
 

Mis en ligne le 19 juillet 2013  |  Dernière mise a jour 19 juillet 2013