1er MAI - Pour une réelle contre-offensive

1er mai.

Quelques faits saillants de la dernière période.

Droit du travail : accord minoritaire et scélérat sur la flexibilité du travail signé par la CFDT, soutenu et passé en force par le PS et la droite.

 

Affaire Cahuzac : collusion entre pouvoir politique de droite et de "gauche" et finances : des masses financières considérables sont là, détournées, abritées dans les paradis fiscaux, en attente du profit maximum.

 

Les retraites : de nouveaux reculs se préparent !

L’austérité, le blocage des salaires, le chômage, les attaques contre les retraites et la protection sociale, contre l’hôpital et les services publics … ne sont donc pas une fatalité mais résultent d’un choix politique : se soumettre aux diktats du marché, de l’Union européenne et faire payer la crise aux travailleurs et aux peuples !

C’est ce choix qu’ Hollande, les socialistes comme la droite ont fait malgré la mise en scène des désaccords sur les valeurs.

De l’argent, il y en a dans les poches du patronat, dans les coffres des possédants, dans les banques, ici ou dans les paradis fiscaux, sur les marchés financiers partout dans le monde.
Il circule, il se cache, il est surabondant.
C’est cet argent qui ne va pas à l’investissement productif, au logement, au développement des services publics, à la protection sociale.  C’est cet argent  qui manque  en fin de mois aux salariés  condamnés aux petits  salaires,  au chômage, aux petites  retraites, aux minima sociaux et à la précarité.


Pour sortir de la crise :

  • Augmentons d’abord les salaires, quand un français sur 2, vit avec moins de 1610€/mois, quand le gel du point indiciaire a été maintenu par le gouvernement socialiste.
     
  • Développons l’emploi, 3.224.600 chômeurs, record de l'année 1997 battu en mars, 28000 nouveaux chômeurs depuis l'élection de F HOLLANDE. Si on y inclut ceux qui ont exercé une petite activité : 5 millions de chômeurs dont 2 millions de longue durée, alors que la population qui travaille ne représente que 25.6 millions contre 28,3 millions en 2011.
     
  • Protégeons les salariés des aléas de la vie professionnelle et sociale.


Il n’y a donc pas d’autre voie pour nous que la lutte TOUS ENSEMBLE, pour la défense immédiate et pour une véritable alternative aux politiques austéritaires !


Ce qui vient de se passer au parlement à propos de la transcription de l’accord scélérat sur la flexibilité est instructif.

Au Sénat c’est en force et avec le vote et l’abstention de la droite que la majorité a été acquise.

C’est que sans luttes de masse dans les entreprises et dans la rue le pouvoir socialiste ne reviendra pas sur sa politique qui est entièrement soumise aux intérêts de l’oligarchie financière

C’est donc entretenir des illusions mortelles que de prétendre faire revenir le pouvoir sur ses choix sans luttes frontales contre ces choix eux-mêmes et sans l’intervention décisive des travailleurs.

C’est malheureusement pour le moment sur ses objectifs réactionnaires la droite qui fait preuve de détermination en combinant combat parlementaire et mouvement dans la rue !

L'extrême droite se tenant en embuscade pour prendre la relève et finir d'achever les droits du peuple ?


Partout, on nous dit que nous coûtons trop cher !

Mais c’est nous qui par notre travail créons les richesses !

Alors oui, il est temps que les salariés mettent les pieds dans le plat !

 

ALORS, pas d’illusions

TOUT dépend de nos luttes

et seulement de nos luttes !


Le 1er Mai, mobilisons-nous partout contre l’austérité, pour l’emploi et le progrès social   

MANIFESTATION

A 15H00 de BASTILLE à NATION

 

 

 

Mis en ligne le 29 avril 2013  |  Dernière mise a jour 30 avril 2013