Après le 06 Février 2013

Image

Le 06 février, nous appelions à un mouvement de grève a l’appel des 3 syndicats CGT de la DPE ; Nettoiement, TAM/DPE (conducteurs) et maîtrise.

Nous étions, chiffres de la direction à 10h 15 :
-    AM ; 18,96 %
-    ASE ; 19,75%
-    CE ; 34%

Nos représentants des 3 syndicats ont été reçus par M Chotard, SG délégué au pôle espace public, en présence de M De Lanversin du cabinet du Maire et de Mme Vergnet du cabinet de M Dagnaud, ainsi que du directeur de la DPE, M Geoffray et de l’ingénieur général M Cheval.

Dans le communiqué joint, vous retrouvez notre demande concernant les délibérations qui doivent être votées au prochain conseil de Paris et pour lesquelles nous demandons un report afin de prendre en compte les aspirations des personnels relayer par leurs représentants.

L’administration, dit comprendre que nous soyons interrogatifs mais tenue par des délais de passages de marchés, elle propose que nous discutions a postériori en avançant que ces textes ne concernent que le privé et qu’une possible extension à la régie pourra être mise en concertation par la suite. Nous insistons pour un report a minima d’un mois afin d’ouvrir des négociations.

Sur les propositions de remunicipalisation, M Chotard indique que la volonté de la VILLE du maintien du 50/50, lui parait comme la meilleure solution, c’est celle qui donne satisfaction à ce jour et que malgré le positionnement d’élus en Mairies d’arrondissement, c’est la volonté affichée du Maire de PARIS.
Le SG de la ville, réaffirme qu’il ne s’agit pas d’une cogestion et que les élus restent décisionnaires.

Nous reposons la question concernant le plan garage, le fait que l’on va dans un premier temps casser l’existant en continuant à travailler dans la désorganisation pour une hypothétique reconstruction dans de nouveaux sites (SYCTOM). Les objectifs de 2019 à 2025, nous apparaissent excessivement lointain, susceptible d’être modifier, voir annulés au fil des modifications des l’exécutifs municipaux, parisiens et des banlieues concernées, mais aussi de l’administration inscrite dans la mobilité et dont le feuille de route reste l’application des directives des élus. M Chotard et M Geoffray ont pris l’engagement d’un dialogue avec les personnels sur ces sujets ; sites d’exploitations, d’entretiens, parc véhicules, personnels, etc. et ils nous recontacteront afin de mettre en place un calendrier de concertation.

Donc rien de directement positif mais l’assurance d’une remonté au plus au niveau, maire de Paris (cab présent), de l’élu de tutelle même s’il change (on parle de Mao Péninou), du secrétariat général et de la DPE.
D’une prise en compte par la direction de nos interrogations, de nos craintes et de nos souhaits.

Première étapes, c’est le conseil de Paris de ces 11 et 12 février, puis maintenons la pression pour obtenir des assurances sur notre avenir, celui de la fonction publique à la Ville et plus particulièrement à la DPE.

Ci-dessous le communiqué de nos trois organisations.

 

 

Mis en ligne le 12 février 2013  |  Dernière mise a jour 13 février 2013