Une rentrée chargée pour le STPP

Une rentrée chargée !

  •  Suite à notre audience de juin dernier avec la DRH :

Nous devons mettre à jour la cartographie des postes de maîtrise dans les directions pour gagner des postes d’ASE et de CE.

Nous devons demander une réévaluation du ratio promus/promouvables car sans une augmentation significative, ces transformations de postes ne permettront pas de garantir davantage d’avancement pour la maîtrise.

Nous devons également continuer de  porter notre revendication indiciaire, en dénonçant notamment les aberrations des précédentes réformes qui nous conduisent à encadrer du personnel dont l’indice de fin de carrière est supérieur au notre. Il y a même plus aberrent, puisque des collègues qui ont fait le choix de passer le concours d’AM, qui se sont investis dans la préparation au concours, et qui ont pris davantage de responsabilités en accédant au grade d’AM, se retrouvent aujourd’hui à un indice inférieur à celui d’anciens collègues chefs d’équipe qui sont restés en poste.

 

  • Suite au CTP DPE de juillet dernier :

 

Le CTP DPE de juillet dernier s’est soldé par un véritable passage en force du projet de réorganisation des divisions territoriales du STPP. La concertation a été bâclée, et l’administration, qui n’a pas tenu compte de nos propositions, a adopté de façon unilatérale un projet non abouti et générateur d’injustices.


Par exemple, un AM collecte régie est désormais sur un poste coté 2, alors qu’un AM collecte privé demeure sur un poste coté 1. De la même manière comment justifier la cotation 2 d’un poste sur deux en cellule technique ? La CGT Grande Maîtrise qui a dénoncé en séance cette précipitation, a voté contre cette réforme. Pour faire suite à ce CTP plusieurs réunions ont été planifiées par l’administration pour discuter notamment d’une bourse des mutations, des rythmes de travail, et de la rémunération.

 En marge de ces négociations officielles, des pratiques scandaleuses qui n’annoncent rien de bon, ont de quoi inquiéter. Un collègue AM chef de secteur, dont l’adjoint a été reçu à l’examen professionnel d’ASE s’est vu signifier à son retour de congés, qu’une permutation avec son adjoint était envisagée. Finalement à la DPE c’est bien le grade qui prime sur la fonction ! Etonnant, quand on sait que la même administration nous répond que la fonction prime sur le grade quand on demande comment un AM peut décemment encadrer un agent dont l’indice de fin de carrière est supérieur au sien. Par ailleurs, l’administration prétexte un prétendu sureffectif dans les divisions pour justifier de maintenir des postes vacants à la DPE, et refuse de nous communiquer ses chiffres. Ce procédé commode lui permet de garder un argument prêt à l’emploi pour justifier la mobilité forcée, et continuer de supprimer des postes de maîtrise en toute opacité.

Dans ce contexte nous porterons donc vos exigences : pas de mobilité forcée, pas de modification du rythme de travail des agents en poste, pas de perte de rémunération, pas de chasse aux AM sur des postes cotés 2, d’avantage de postes cotés 2.

Des comptes-rendus de ces réunions vous seront diffusés régulièrement, et une assemblée générale sera organisée pour décider ensemble de notre position et des actions appropriées.

Soyons vigilants, soyons solidaires, et soyons nombreux dans l’action !

Lien sur fichier en PDF: 
 

Mis en ligne le 18 septembre 2012  |  Dernière mise a jour 17 janvier 2014